•  

    Mariage de ma filles

    Mariage de ma filles

    Mariage de ma filles

    Ma fille et moi

     

     


    4 commentaires
  •  

    bonjour mes amis( es )
    Je serais absente pour le restant de la semaine, j'ai ma fille qui se marie samedi et j'ai encore des tonnes de choses à faire. Je veux que tout soit parfait pour ce merveilleux jour. Je vous mettrais quelques photos après son mariage. En attendant soyez bien sage . À bientôt

     


    9 commentaires
  • Pourquoi pleures-tu maman...? 

    Un petit garçon demanda à sa mère :

    - Pourquoi pleures-tu ?

    - Parce que je suis une femme, lui répondit-elle.

    - Je ne comprends pas, dit-il.

    Sa mère le prit dans ses bras et lui dit :

    - Et jamais tu ne comprendras.

     

    Plus tard le petit garçon demanda à son père :

    - Pourquoi maman pleure-t-elle ? Je ne comprends pas !

    - Toutes les femmes pleurent sans raison, fut tout ce que son père put lui dire.

     

    Devenu adulte, il demanda à Dieu :

    - Seigneur, pourquoi les femmes pleurent-elles aussi facilement ?

    Et Dieu répondit :

    - Quand j'ai fait la femme, elle devait être spéciale. J'ai fait ses épaules assez fortes pour porter le poids du monde ; et assez douces pour être confortables.

    Je lui ai donné la force de donner la vie, et celle d'accepter le rejet qui vient souvent de ses enfants.

    Je lui ai donné la force pour lui permettre de continuer quand tout le monde abandonne, et celle de prendre soin de sa famille en dépit de la maladie et de la fatigue.

    Je lui ai donne la sensibilité pour aimer ses enfants d'un amour inconditionnel, même quand ces derniers l'ont blessée durement.

    Je lui ai donné la force de supporter son mari dans ses défauts et de demeurer à ses côtés sans faiblir.

    Et finalement je lui ai donné des larmes à verser quand elle en ressent le besoin.  

    Tu vois mon fils, la beauté d'une femme n'est pas dans les vêtements qu'elle porte, ni dans son visage, ou dans la façon de se coiffer les cheveux.

    La beauté d'une femme réside dans ses yeux. car c'est la porte d'entrée de son coeur - le lieu où réside l'amour. Et c'est souvent par ses larmes que tu vois passer son coeur.

    Toutes les femmes sont belles, et nous devons les encourager à s'aimer telles qu'elles sont et à avoir une juste estime d'elles-mêmes.

     


    10 commentaires
  • La vie est ce que tu en fais 

    La vie est ce que tu en fais,

    alors n'accuse jamais qui que ce soit d'autre pour l'état dans lequel tu es,

    mais sache que tu en es responsable.

    Change ton attitude et tu peux changer toute ta façon de voir.

    Adopte une attitude constructive envers la vie.

    Construis le meilleur à partir de ce que tu vois tout autour de toi,

    et ignore le reste ;

    ne lui donne aucune force de vie et cela disparaîtra.

    Aujourd'hui est un jour nouveau, et ce que tu en fais dépend de toi.

     


    votre commentaire
  • il est possible de se sentir aimé des autres si tu ne peux t'aimer toi-meme ! 

    Ta façon d'aimer est bonne pour toi si elle ne te cause pas d'émotions désagréables.

    Les émotions comme la colère, l'impatience, la rancune, la tristesse, le sentiment de rejet, etc. sont des signes qui t'indiquent que ta façon d'aimer a besoin d'amélioration, si, bien entendu, tu désires être plus heureux/heureuse dans tes relations (amis, enfants, conjoint, etc.)

    Aimer, c'est accepter les désirs, les opinions, les comportements des autres, même si tu n'es pas d'accord et même si tu ne comprends pas pourquoi ils sont ainsi.

    Aimer reste le moyen par excellence pour arriver au bonheur véritable, ce à quoi nous aspirons tous. Nous avons tous à apprendre à aimer malgré toutes sortes de situations difficiles telles la violence, la jalousie, l'indifférence, le rejet, la pauvreté, etc. Il est difficile pour certains de s'ouvrir à l'acceptation, car ils craignent qu'en acceptant la situation dérangeante, elle ne changera jamais et qu'ils devront ainsi toujours vivre avec. J'ai constaté que c'est le contraire qui se produit. Tente l'expérience !

    L'amour (l'acceptation) a un pouvoir de guérison énorme et pas seulement au niveau physique. L'acceptation mène définitivement à la transformation de la situation dérangeante. Cette transformation peut se produire de plusieurs manières et souvent, de façon inattendue.

    Toutefois, chacun a des limites et il est important d'en tenir compte et de les respecter.

    Il est impossible de te sentir aimé des autres si tu ne peux t'aimer toi-même. 

    Si tu te sens jugé ou critiqué, c'est que toi-même tu te juges et te critiques intérieurement.

    À quand remonte la dernière fois où tu t'es dit : «Je m'aime», en le ressentant vraiment en toi ? En t'acceptant, c'est-à-dire en te donnant le droit d'être qui tu es, d'avoir certains comportements avec lesquels les autres et toi-même n'êtes pas toujours d'accord, et en ayant toujours en tête où tu veux en arriver, tu développeras l'amour de toi graduellement.

    De plus, je te suggère de faire une liste de toutes tes qualités et de la mettre à jour à chaque semaine.

    Cela t'aidera à entrer en contact avec la personne merveilleuse que tu es.

     

     


    1 commentaire
  • Ecoutez ce que je ne dis pas ! 

    Ne soyez pas trompé par mon visage parce que je porte mille masques 
    Et aucun n'est mon vrai moi. 
    N'en soyez pas trompé, au nom de Dieu, je vous en prie.

    Je vous donne l'impression d'être sûr de moi, 
    Plein de confiance et de tranquillité, 
    Que je n'ai besoin de personne : Ne me croyez pas.
     

    Sous ce masque, il y a le vrai moi, confus, craintif, isolé. 
    C'est pour cela que je me crée un masque, pour me cacher, 
    Pour me protéger du regard qui voit.

    Et pourtant ce regard est précisément mon salut. 
    A condition que je l'accepte, s'il contient de l'amour, 
    C'est la seule chose qui peut me libérer 
    Des murs de la prison que j'ai moi-même élevés.

    J'ai peur de ne valoir rien, de n'être bon à rien, 
    Et que vous le verrez et me rejetterez. 
    Alors, commence la parade des masques. 
    Je bavarde avec vous, 
    Je vous dis tout ce qui n'est rien, 
    Et rien de ce qui m'est tout et qui pleure en moi.
     

    S'il vous plaît, écoutez soigneusement et essayez d'entendre ce que je ne dis pas. 
    J'ai vraiment envie d'être sincère, vrai, spontané, d'être moi-même. 
    Mais il faut que vous m'aidiez. Il faut que vous me tendiez la main.

    Chaque fois que vous êtes bienveillant, doux et encourageant, 
    Chaque fois que vous vous efforcez de comprendre par véritable intérêt pour moi, 
    Mon coeur a des ailes, des ailes très faibles, mais enfin des ailes.

    Par votre sensitivité, votre sympathie, votre puissance de compréhension 
    Vous seul pouvez me libérer de l'ombre de mon incertitude, 
    De ma prison solitaire.

    Ce n'est pas facile pour vous, 
    Car plus vous m'approchez, plus je me défends.

    Mais on me dit que l'amour est plus fort que les murs des prisons 
    C'est en ceci qu'est mon espoir, mon seul espoir. 
    Essayez, je vous en prie de faire tomber ces murs d'une main ferme 
    Mais douce, car un enfant est sensible.

    Qui suis-je, vous demandez-vous ? 
    Je suis quelqu'un que vous connaissez très bien. 
    Car je suis chaque homme, je suis chaque femme que vous rencontrez, 
    Et je suis aussi VOUS-MEME.

     


    6 commentaires
  • Grand-mère que fais-tu assise là toutee seule..!

     

    «Que fais-tu grand-mère, assise là, dehors, toute seule ?»

    Eh bien, vois-tu, j’apprends. J’apprends le petit, le minuscule, l’infini. J’apprends les os qui craquent, le regard qui se détourne. J’apprends à être transparente, à regarder au lieu d’être regardée. J’apprends le goût de l’instant quand mes mains tremblent, la précipitation du coeur qui bat trop vite.

    J’apprends à marcher doucement, à bouger dans des limites plus étroites qu’avant et à y trouver un espace plus vaste que le ciel.

     

    «Comment est-ce que tu apprends tout cela grand-mère ?»

    J’apprends avec les arbres, et avec les oiseaux, j’apprends avec les nuages. J’apprends à rester en place, et à vivre dans le silence.

    J’apprends à garder les yeux ouverts et à écouter le vent, j’apprends la patience et aussi l’ennui ; j’apprends que la tristesse du coeur est un nuage, et nuage aussi le plaisir ; j’apprends à passer sans laisser de traces, à perdre sans retenir et à recommencer sans me lasser.

     

    «Grand-mère, je ne comprends pas, pourquoi apprendre tout ça ?»

    Parce qu’il me faut apprendre à regarder les os de mon visage et les veines de mes mains, à accepter la douleur de mon corps, le souffle des nuits et le goût précieux de chaque journée ; parce qu’avec l’élan de la vague et le long retrait des marées, j’apprends à voir du bout des doigts et à écouter avec les yeux.

    J’apprends qu’il faut aimer, que le bonheur des autres est notre propre bonheur, que leurs yeux reflètent dans nos yeux et leurs coeurs dans nos coeurs.

    J’apprends qu’on avance mieux en se donnant la main, que même un corps immobile danse quand le coeur est tranquille.

    Que la route est sans fin, et pourtant toujours exactement là.

     

    «Et avec tout ça, pour fini, qu’apprends-tu donc grand-mère ?»

    J’apprends, dit la grand-mère à l’enfant, j’apprends à être vieille !

     

     


    8 commentaires
  • De la connaissance de soi

     

    Un homme dit :" Parle-nous de la Connaissance de soi"
    Il répondit :
    " Vos coeurs connaissent en silence les secrets des jours et des nuits.
    Mais vos oreilles se languissent d'entendre la voix de la connaissance en vos coeurs.
    Vous voudriez savoir avec des mots ce que vous avez toujours su en pensée.
    Vous voudriez toucher du doigt le corps nu de vos rêves.

    Et il est bon qu'il en soit ainsi.
    La source secrète de votre âme doit jaillir et couler en chuchotant vers la mer,
    Et le trésor de vos abysses infinis se révéler à vos yeux.
    Mais qu'il n'y ait point de balance pour peser votre trésor inconnu,
    Et ne sondez pas les profondeurs de votre connaissance avec tige ou jauge,
    Car le soi est une mer sans limites ni mesures.

    Ne dites pas: "J'ai trouvé la vérité", mais plutôt: "J'ai trouvé une vérité".
    Ne dites pas: "J'ai trouvé le chemin de l'âme". Dites plutôt: "J'ai rencontre l'âme marchant sur mon chemin".
    Car l'âme marche sur tous les chemins.
    L'âme ne marche pas sur une ligne de crête, pas plus qu'elle ne croît tel un roseau.
    L'âme se déploie, comme un lotus aux pétales innombrables. "

     


    6 commentaires
  • A partir de maintenant...

     

    A partir de maintenant,
    je choisis de rêver mes propres rêves,
    afin de pouvoir savourer pleinement l’exaltation mystique d’être humain.

    A partir de maintenant,
    je choisis de me relier aux autres de manière empathique,
    afin de respecter pleinement l’expérience unique et sacrée que l’on peut rencontrer chez chaque personne à chaque instant.

    A partir de maintenant,
    je choisis de laisser mes actions découler de la communion avec la nature,
    et de porter mon attention dans la direction qui soutient ce courant.

    A partir de maintenant,
    je choisis de prendre conscience des pensées déshumanisantes qui m’ont été inculquées par ma culture,
    et de les empêcher de me pousser à agir de manière violente comme un robot.

    A partir de maintenant,
    je choisis de révéler ouvertement ce qui est vivant en moi,
    quand bien même les autres pourraient ne pas apprécier mon cadeau.

    A partir de maintenant,
    quand je revêts un titre qui me confère une autorité,
    je choisis d’être conscient que le fait d’atteindre une frontière avant les autres personnes ne justifie jamais le recours à des méthodes punitives pour les amener à me rejoindre.

    A partir de maintenant,
    je choisis de croire que la non satisfaction de nos besoins résulte d’un manque de dialogue et de créativité plus que d’un manque de ressources.

     


    5 commentaires
  • Prière d’un enfant à ses parents.

     

    Maman, papa, je vous serais reconnaissant de ne pas toujours chercher à m’expliquer ce que vous avez tellement de mal à comprendre chez moi.
     
    Maman, papa, ne perdez pas trop de temps à me raisonner, à me rassurer pour tenter d’apaiser vos peurs ou avoir le plaisir de me faire entrer dans vos désirs.
     
    Maman, papa, en prenant soin de vos peurs et des désirs qu’il y a derrière toute peur vous m’aiderez à rendre moins stressante et plus vivante notre relation.
     
    Maman, papa, je vous en supplie ne me laissez pas croire que mes propres désirs sont tout puissants, ils sont simplement l’expression de mon imaginaire.
     
    Maman, papa, pouvez vous simplement m’écouter sans tout de suite vous emparer de ce que je dis, sans prendre chacun de mes tâtonnements ou chacune de mes révoltes comme une mise en cause de vous.
     
    Maman, papa, je vous en prie prenez le risque de me frustrer et même de me faire de la peine en refusant certaines de mes demandes,
     
    Maman, papa osez vous affirmer avec vos rêves, vos besoins ou vos erreurs, sans vous justifier en permanence de tout ce que vous avez fait ou pas fait pour moi.
     
    Maman, papa, je vous remercie infiniment de savoir me dire non, de ne pas m’entretenir dans l’illusion que vous pouvez être tout pour moi et que moi aussi je suis tout pour vous.
     
    Maman, papa, prenez le risque d’entendre mes désirs mais n’y répondez pas tout de suite en les satisfaisant trop vite vous pouvez les dévitaliser.
     
    Maman, papa confirmez-moi que je peux rêver d’être plus grand que je ne suis et plus petit que vous ne souhaiteriez car je sais que j’ai beaucoup de chemin à faire.
     
    Maman, papa s’il vous plaît, ne revenez pas trop souvent sur un refus, ne vous déjugez pas, restez fermes c’est comme cela que je peux affronter la réalité.
     
    Maman, papa, pour que je puisse me situer, découvrir mes limites, avoir des repères clairs et m’affirmer, face à vous, n’hésitez pas à me donner des limites et des interdits.
     
    Maman, papa, même si je réagis, si je pleure, si je te dis à toi Maman «méchante et sans cœur» reste ferme et stable, la consistance de ton positionnement me rassure et me construis.
     
    Maman, papa, même si je vous déçois, si je t’accuse, toi Papa «de ne rien comprendre» ne m’enferme pas dans mes réactions, par un rejet ou un refus sans appel.
     
    Maman, papa par pitié ne démissionnez pas si je tente de vous séduire, résistez si je vous agresse parfois, ne m’ignorez pas c’est comme cela que je pourrai me faire confiance.
     
    Maman, papa de grâce, vous n’êtes pas obligés d’être des parents 24h sur 24, ni même d’être parfaits, cela me permettra de souffler un peu.
     
    Maman, papa au-delà de tous vos rôles actuels j’ai besoin de rencontrer non seulement la femme ou l’homme que vous êtes, mais aussi la petite fille ou le petit garçon que vous avez été.
     
    Maman, j’ai besoin parfois d’une mère, et aussi d’une maman.
     
    Papa n’hésite pas à être un père et accepte sans retenue de montrer le papa qu’il y a en toi.
     
    Maman, papa vous dire, aussi à chacun,
     
    Que je ne suis pas que votre fils, que je ne suis pas que votre fille.
     
    Je suis bien plus grand que cela......
     

     


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires