•  

     


    44 commentaires
  •  

      

    François revient au bureau après 15 jours d'arrêt maladie.
    - Alors tu vas mieux ?
    - Oui et ça a été pour moi une expérience magnifique !
    - La grippe, une expérience magnifique ?
    - Oui parce que j'ai compris à quel point ma femme m'aimait !
    - Comment ça ?
    - Ben, à chaque fois que le facteur sonnait, elle ne pouvait s'empêcher de crier sa joie : Mon mari est à la maison!, mon mari est à la maison !!



    Une femme rentre à la maison tard dans la nuit et ouvre tranquillement la porte de sa chambre.
    Elle voit quatre pieds sortir de dessous la couverture. Un homme et une femme!
    En colère, elle saisit une batte de baseball et frappe la couverture de toutes ses forces.
    Elle retourne à la cuisine pour boire un verre.
    Là, elle trouve son mari assis en train de lire un magazine


    - "Bonsoir chérie", dit-il, "tes parents sont venus nous rendre visite, je leur ai permis de dormir dans notre chambre. Leur as-tu dit bonjour ?"


     

    Une belle-mère tombe dans un puits. Son gendre arrive et lui lance une bouteille de whisky en ricanant :
    - Tenez buvez ça, ça vous remontera !



    Deux amis discutent :
    - Je vais faire couper la queue de mon chien demain, car ma belle-mère vient samedi.
    - Hein ?! Je ne comprend pas...
    - Tu vois, je ne veux surtout pas qu'elle pense que quelqu'un est content de la voir.

     

     

     

     

     

    42 commentaires
  •  

     

    « Écouter est peut-être le plus beau cadeau que nous puissions faire à quelqu’un…

    Écouter, c’est commencer par se taire.

    Écouter ce n’est pas chercher à répondre à l’autre, sachant qu’il a en lui-même les réponses à ses propres questions. C’est refuser de penser à la place de l’autre, de lui donner des conseils et même de vouloir le comprendre.

    Écouter, c’estaccueillir l’autre avec reconnaissance, tel qu’il se définit lui-même sans substituer à lui pour lui dire ce qu’il doit être.

    Écouter, ce n’est pas vouloir que quelqu’un soit comme ceci ou comme cela, c’est lui apprendre à découvrir ses qualités, qui lui sont spécifiques.

    Être attentif à quelqu’un qui souffre, ce n’est pas donner une solution ou une explication à sa souffrance, c’est lui permettre de la dire et de trouver lui-même son propre chemin pour s’en libérer.

    Apprendre à écouter quelqu’un, c’est l’exercice le plus utile que nous puissions faire. » 

     

     

     
     @Beauty2015

     


    21 commentaires

  • 26 commentaires
  •  

     


    27 commentaires
  • Professeur de vie...

     Barre séparation automne

    Il n’est pas facile de cerner, dans tous les tâtonnements et les errance d’une vie,

    les démarches clés qui permettent d’accéder au meilleur de soi.

    Il n’est pas aisé d’entretenir vivace la sève du respect envers sa propre personne.

    Tout ceci est peut-être vrai, mais cela ne doit pas nous empêcher d’essayer.

    Barre séparation automne 

    J’aurais voulu être professeur de vie.

    J’aurais appris aux enfants, aux adultes aussi tout ce qui n’est pas écrit dans les livres.

    Je leur aurais appris les choses délicates et précieuses de la vie :

    qu’un amour entretenu ne s’use pas,

    que la seule liberté qui vaille la peine d’être vécue est la liberté d’être,

    qu’il est important de prendre le temps pour regarder la fuite ou l’immobilité d’un nuage,

    pour suivre le vol d’un oiseau,

    qu’il est possible de se laisse surprendre par l’infini vivance des choses de la vie.

     Barre séparation automne

    J’aurais tenté de leur faire découvrir :

    qu’il est vital d’apprendre à s’aimer,à se respecter, à se définir,

    qu’il est encore plus important de ne pas se laisser enfermer par les jugements négatifs,

    de résister aux rumeurs, de ne pas se laisser polluer par les messages toxiques

    qui peuvent venir de ceux qui prétendent nous aimer ou mieux savoir pour nous.

     Barre séparation automne

    J’aurais semé en eux le goût de la curiosité

    pour ne pas se laisser entraîner par les idées toutes faites,

    par les modes ou de rester immobilisé par les conditionnements qui s’imposent insidieusement.

    J’aurais essayé de leur apprendre à remettre en cause leurs croyances

    quand elles sont devenues des certitudes terroristes,

    pour laisser plus de place à l’imprévisible de la vie.

     Barre séparation automne

    Professeur de vie, quel beau métier à inventer.

     

     


    5 commentaires
  •  

     

     

     

    uand rien ne va,
    Que l’amour n’est plus là,
    La vie même s’en va.

    Partir sans aucun espoir de retour,
    Abandonner petit à petit même le lever du jour,
    La vie est un fardeau trop lourd;

    Surtout ne pas rester seule,
    Écrire quelques vers,
    Parler à cœur ouvert.

    À quoi cela peut servir ?
    De vouloir partir ?
    Pour en finir.

    Ces idées noires me traversent parfois l’esprit,
    Seulement je ne suis pas seule et j’aime la vie,
    Je me bas et je survis.

    Merci aux amis, 
    D’être toujours présents
    Pour apaiser mes tourments.

     

     

     

    Clic pour vérifier

     

     

     

     


    15 commentaires
  • La méchanceté est nécessaire !

     

    Nul n’est méchant volontairement a dit Platon et d’autres disent l’enfer est pavé de bonnes intentions… J’ai des doutes pour certains ! Un méchant peut y prendre plaisir alors qu’un autre peut souffrir énormément de sa méchanceté.

     Certains sont méchants pour s’amuser. Comme ces personnes s’ennuient, elles profitent de la naïveté de certaines personnes pour se divertir. Elles ne se préoccupent pas des autres, ou se contentent de leurs faire croire quelques mois tout au plus pour les mettre en confiance. Les moteurs de ces personnes sont le pouvoir et le divertissement. La violence ou méchanceté gratuite, est pour ceux qui l’exercent un sentiment de pouvoir. Ils manipulent les autres, les humilient pour se sentir plus forts, plus intelligents. Une fois le divertissement terminé, une fois lassé de leur « jouet », il le laisse tomber pour passer sur un autre. Comme si un être humain pouvait être un objet ou un jouet !!!

    D’autres sont méchants car ils cherchent les limites de l’autre et leur propre limite. Ils se testent. Ces méchants sont motivés par le jalousie, le stress et la « connerie ». Des gens évacuent leur stress sur les autres. Suite à une mauvaise journée, il arrive que l’on blesse l’autre pour se décharger de sa mauvaise humeur. Parfois, c’est par pure jalousie, quand on sait que l’autre a réussi et pas soi-même. Certains critiquent les personnes différentes, spéciales, qui ne leur ressemblent pas afin de se réconforter dans l’idée qu’ils sont normaux. Si les parents n’ont jamais appris aux enfants à respecter les autres… ça ne va pas tomber du ciel tout seul.

    Il y a, enfin, les méchants qui espèrent qu’en faisant mal aux autres, ils seront rejetés. En réalité, ils ne cherchent pas à faire mal mais à se faire mal. Détresse psychologique, mal de vivre, mal de soi… expliquent leur méchanceté. C’est une sorte de balise de détresse pour eux. Ils sont en train de couler et ne savent plus comment demander de l’aide ou ils sont trop fiers pour en demander. Il rejette le fait de ne pas s’aimer sur les autres pour se rabaisser et non comme dans la première catégorie pour rabaisser l’autre. Le moteur de ces gens n’est autre que la détresse ou l’appel au secours. Le pire, c’est qu’ils vont alors s’attaquer le plus généralement à la personne qui compte le plus pour eux (épouse, frère, sœur, meilleur ami…). Ils vont s’en prendre à la seule personne qu’ils pensent capable de les aider à tenir mentalement. Soit cette personne comprends leur détresse et vient les aider, soit elle les rejette et se retrouve complice de leur destruction. Ces méchants souffrent énormément. Ils ne sont plus en état de raisonner d’une manière logique. Comment espérer qu’une personne a qui on fait mal va vous venir en aide ? C’est absurde mais ils ne sont plus capables de s’en rendre compte. Ils souffrent avant d’en arriver là et ils souffrent encore plus après à cause des remords. Ils sont les seuls parmi les méchants à connaitre la mauvaise conscience.

     Il est contreproductif de chercher à savoir pourquoi les gens sont méchants, si on ne cherche pas à savoir qui ils sont intérieurement. Les deux sont liés, indissociables.

    On a tous était ou on sera tous un jour méchant envers quelqu’un. Le monde n’est ni tout blanc ni tout noir. La méchanceté fait partie de la vie comme la gentillesse fait heureusement partie de la vie. Tout le monde n’est pas gentil, tout le monde n’est pas méchant. On a tous en nous une part des deux. Contrairement à un dessin animé ou à un film, dans la vraie vie il n’y a pas les méchants d’un côté et les gentils de l’autre, avec un happy end à la clé. La vie, ce n’est pas Walt Disney…


    Un monde sans méchanceté serait une utopie parfaite, donc irréelle. Ca serait peut-être mieux que le monde d’aujourd’hui mais, si on y pense bien, sans les méchants, on ne pourrait pas juger de la gentillesse de quelqu’un !

     

     

     


    3 commentaires
  • Histoire d'amour et de courage

     

    Le gérant d'une boutique clouait une pancarte au-dessus de sa porte ou l'on pouvait lire :

    "Chiots à vendre".

    Les affiches ont la faculté d'attirer les enfants. Bientôt un petit garcon fut séduit par l'annonce, et demanda :

    «À quel prix vendez-vous ces chiots ? »

    Le propriétaire du magasin répondit :

    «Autour de $30-$50».

    Le petit garçon chercha dans sa poche et sorti de la monnaie...

    «J'ai $2.37, est-ce que je peux les regarder ? »

    Le propriétaire du magasin souri et siffla. Sa chienne, nommée Lady, courut hors du chenil, vers l'allée de son magasin, suivie par cinq petits chiots. Mais un des chiots restait loin derrière... Immédiatement, le petit garçon sélectionna le chiot boiteux qui reste en arrière. Il demanda:

    «De quoi souffre ce petit chien ? »

    L'homme expliqua qu'à sa naissance, le vétérinaire lui annonça que le chiot avait une malformation de la hanche qui le laisserait boiter pour le restant de sa vie. Le petit garçon devint vraiment enthousiasmé et dit :

    «C'est le chiot que je veux acheter !»

    L'homme répondit

    «Non, vous ne pouvez pas acheter ce petit chien, si vous le voulez vraiment, je vous le donne !!!»

    Le petit garçon devint bouleversé. Il regarda l'homme droit dans les yeux et dit :

    «Je ne veux pas que vous me le donniez»

    Il vaut tout autant que les autres chiens, et je vous paierai le prix fort. En fait je vous donnerai $2.37 maintenant et 50 cents chaque mois jusqu'à ce que j'aie fini de le payer.»

    L'homme répondit :

    «Vous ne voulez pas acheter ce chiot ? Vraiment !! Il ne sera jamais capable de courir, de sauter et de jouer. Aimez d'autres chiots»

    Alors, le petit garçon se pencha, enroula le bas de son pantalon et montra une jambe malade, tordue, estropiée, supportée par une grande tige de métal. Il  regarda l'homme et dit :

    «Bien, je ne cours pas très bien et le petit chiot aura besoin de quelqu'un qui comprenne».

    L'homme mordait sa lèvre inférieure maintenant. Des larmes lui piquaient ses yeux... Il a souri et a dit

    «Fils, j'espère et prie que chacun de ces chiots aura un propriétaire tel que toi».

    DANS LA VIE, PEU IMPORTE QUI VOUS ÊTES, SI QUELQU'UN VOUS APPRECIE POUR CE QUE VOUS ÊTES, VOUS ACCEPTE, ET VOUS AIME INCONDITIONNELLEMENT. UN VRAI AMI EST CELUI QUI SE RAPPROCHE QUAND LE RESTE DU MONDE S'ELOIGNE...

     

    «Histoires d'amour et de courage»

     


    7 commentaires
  • Le Billet de 20$

     

    Un conférencier bien connu commence son séminaire en tenant bien haut un billet de vingt dollars. Il demande aux gens :

    - Qui aimerait avoir ce billet?

    Les mains commencent à se lever alors il dit :

    - Je vais donner ce billet de 20$ à quelqu'un mais avant, laissez-moi faire quelque chose avec.

    Il chiffonne alors le billet avec force et il demande :

    - Est-ce que vous voulez toujours de ce billet?

    Les mains continuent à se lever.

    - Bon, d'accord, mais que se passera-t-il si je fais cela?

    Il jette le billet froissé par terre et saute à pied joint dessus, l'écrasant autant que possible et le recouvrant de la poussière du plancher.

    Ensuite il demande :

    - Qui veut encore de ce billet?

    Évidemment, les mains continuent de se lever!

    Mes amis, vous venez d'apprendre une leçon...

    Peu importe ce que je fais avec ce billet, vous le voulez toujours parce que sa valeur n'a pas changée, il vaut toujours 20$.

    Plusieurs fois dans votre vie, vous serez froissés, rejetés, souillés par les gens ou par les événements.

    Vous aurez l'impression que vous ne valez plus rien mais en réalité votre valeur n'aura pas changé aux yeux des gens qui vous aiment !

     

    La valeur d'une personne ne tient pas à ce que l'on a fait ou pas,

    vous pourrez toujours recommencer et atteindre vos objectifs

    car votre valeur intrinsèque est toujours intacte.

     


    27 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires